Logo Info Vaccins France

Comment prévenir et éviter la méningite ?

Comment éviter la méningite ? Focus sur les solutions !

Provoquée par une infection, la méningite est une inflammation des membranes qui recouvrent le cerveau et de la moelle épinière. Elle se manifeste par des maux de tête, une raideur du cou et de la fièvre. Elle peut se transmettre facilement par des gouttelettes en suspension dans l’air. Comment éviter cette maladie ?

Le vaccin contre le pneumocoque

Il existe plusieurs types de méningites. Il est possible de prévenir certains d’entre eux grâce à la vaccination. Toutefois, aucun vaccin ne peut protéger contre l’ensemble des souches des bactéries pouvant causer la méningite. Il existe sur le marché depuis déjà des années, des vaccins contenant des polysaccharides provenant de multiples sérotypes de pneumocoques et qui offrent une immunité contre chacun des sérotypes concernés.

Les sujets répondant mieux à ces vaccins sont les jeunes adultes en bonne santé. Le vaccin Prevnar est le seul vaccin conjugué qui protège à 90 % les jeunes enfants contre le pneumocoque. Il leur offre aussi une protection minimale contre les otites que pourrait entraîner ce type de méningite.

Le vaccin contre Haemophilus

Un autre moyen de prévenir la méningite est le vaccin contre Haemophilus. Dans certains pays comme le Canada, la vaccination contre le haemophilus est systématiquement exigée pour le bébé dès l’âge de 2 mois. En France, c’est le vaccin conjugué ACTHIB qui est utilisé contre cette forme de méningite. Le nombre de doses appliqué change en fonction de l’âge de l’enfant à la première dose. On retrouve aussi ce vaccin dans d’autres vaccins contre plusieurs maladies.

Les vaccins contre le méningocoque

Une personne sujette à la méningite

Le vaccin contre le méningocoque existe aussi bien en France qu’au Canada. Au Canada, on retrouve 2 types de ce vaccin. Il y a les vaccins conjugués qui sont au nombre de 3 et qui protègent contre le méningocoque de sérotype C. Le niveau de protection offert par ces vaccins s’élève à plus de 90 % chez les bébés et les jeunes enfants. D’ailleurs, le vaccin contre le méningocoque est intégré au carnet de vaccination depuis 1999.

Il apporte une protection contre les infections invasives à méningocoques B. Les vaccins contre le méningocoque peuvent aussi être polysaccharides. Ces derniers protègent contre les méningocoques de sérotypes A et C et bien d’autres en fonction du vaccin administré. En réalité, ces vaccins ne sont pas systématiquement employés pour l’immunisation des enfants. Ils sont surtout utilisés pendant les épidémies. Ils peuvent par exemple être administrés à un voyageur se rendant dans une zone touchée par une épidémie de méningite.

Faut-il être traité en cas de contact avec une personne atteinte ?

Lorsque vous avez été en contact avec une personne sujette à la méningite, il est possible que vous ayez besoin d’être traité. Le traitement est nécessaire lorsque vous êtes exposé aux sécrétions rhino-pharyngées du sujet malade dans les 10 jours qui précèdent l’apparition des symptômes. De même, le traitement peut se révéler nécessaire :

  • Si vous avez connu un moment de proximité de moins d’un mètre avec le patient ;
  •  Si vous avez eu une rencontre de plus d’une heure avec elle
  • Ou avez eu un contact bouche à bouche.

Si besoin, vous pouvez contacter un médecin qui évaluera les risques et vous guidera sur la nécessité du traitement. Le même professionnel pourra également vous renseigner sur la liste d’attente pour la vaccination contre le coronavirus si vous souhaitez en bénéficier.

Articles similaires

Noter cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Quand on est tombé malade, il faut changer de manière de vivre

Article récents

Catégories