les maladies


la tuberculose (bcg)

 

 

Professeur Chrétien, concours médical T 107 de 1985:

 

"...Dans 5 ou 7 ans, on devrait supprimer l'obligation d'être vacciné par le BCG... La vaccination n'est qu'approximative, et ne peut en aucun cas éliminer l'endémie qui sévit en France.."

 

 Pour la France, l'obligation vaccinale du BCG a été levée en juillet 2007

 

http://www.sante.gouv.fr/vaccination-par-le-bcg.html

 

http://www.sfsp.info/sfsp/infos/documents/RapportBCGVF.pdf

 

Il est à ce titre, seulement recommandé:

http://vosdroits.service-public.fr/F724.xhtml

 

LE BCG DANS LE MONDE

 

"La mortalité par tuberculose a régressé au même rythme avant l'emploi du BCG qu'après: celui-ci n'a donc joué aucun rôle dans l'éradication de la maladie qui, par ailleurs, a décru aussi vite dans les pays non vaccinés que dans ceux qui l'étaient."

L'intoxication vaccinale F Delarue 1977

 

Aujourd'hui, seuls l'Irlande, la Grèce et le Portugal le recommandent systématiquement. La France, la Finlande, le Royaume-Uni et la Suède le préconisent pour les populations " à risque" et 11 pays comme les Etats-Unis, les Pays-Bas, le Canada, la Suisse, le Luxembourg, l'Italie, le Danemark, la Belgique, l'Autriche, l'Espagne et l’Allemagne ont totalement abandonné cette vaccination, sans que cet abandon ait augmenté le nombre de cas.

 

En 1990, il y avait;

-en France, 9 030 cas soit 16 pour 100 000 habitants  

-en Allemagne, 14 653 cas soit 18 pour 100 000 habitants

 

En 2004, il y avait;

-en France, 6 007 cas soit 8 pour 100 000 habitants  

-en Allemagne, 5 004 cas soit 7 pour 100 000 habitants

 

Or l'Allemagne a suspendu l'obligation vaccinale du BCG en 1974.

 

Aux Etats-Unis, à New-York en 1812, le taux de mortalité par la tuberculose était de 700 pour 100 000.

 

En 1882 - l'année ou Koch découvrit son bacille - il était tombé à 370. En 1904, le taux de mortalité avait encore chuté à 180, et après la Seconde Guerrre Mondiale, il n'était plus que de 48 pour 100 000, sans aucune vaccination. (cf, l'Intoxication Vaccinale, Fernand Delarue 1977)

En 1945, la Hollande était le pays d'Europe le plus touché par le fléau de la tuberculose. EN 1974, sans JAMAIS avoir recours au BCG, la maladie y était totalement éradiquée. À l'inverse, le fléau tuberculeux reprenait de vigueur partout où le BCG est encore pratiqué ".Bulletin statistique du ministère de la santé n°1 de 1974

Tapez "Hollande bcg" dans google images, vous trouverez un graphique représentatif de la chute de la mortalité tuberculeuse comparée pour  100 000 habitants en France et en Hollande, après la 2ème Guerre Mondiale.

 

Une étude en Inde (sous l'égide de l'OMS) en milieu tuberculeux, a concerné un énorme échantillon de population, le plus gros jamais étudié, au total 209 villages, soit un échantillon de 260 000 personnes. De plus, ces habitants ont été suivis pendant une très, très longue période soit 7 ans et demi. C'est l'étude la plus vaste et la plus longue jamais menée en foyer infecté. Non seulement cette étude n'a montré aucune protection pour les vaccinés contre le BCG, mais au contraire, les tuberculoses chez les vaccinés ont été plus graves. Tuberculoses militaires... "Les anglais ont abandonnée à cause de son inefficacité le BCG, et pourtant, n'ont-ils pas, eux aussi, une forte population d'immigrés venant de ce pays hautement contaminé (Inde, bengladesh)" Dr Jean Méric dans son livre, vaccinations, je ne serais plus complice

En rapport avec cette étude en Inde, Bulletin n°57 de 1979 de l'OMS*: "...Les résultats de cette étude démontrent que le BCG n' a pas donné une protection efficace au cours des 7 premières années après la vaccination…"

 

 

LE VACCIN

 

Que signifie B.C.G.? BCG est l'abréviation commune de Bacille de Calmette et Guérin. Ces chercheurs ont mis au point un vaccin à partir d'une souche biliée - une souche atténuée de bacille tuberculeux bovin vivant - pour lutter contre la tuberculose.

Pour faire simple, le BCG est un vaccin préparé à partir de pomme de terre et de bile de boeuf. "Du fait qu'il s'agit d'un germe vivant, le vaccin est contre-indiqué chez les personnes immuno-déprimées, y compris les personnes porteuses du VIH ou celles traitées par corticoïdes ou autres immuno-dépresseurs, ainsi qu'aux personnes porteuses d'affections malignes." Cf. Wikipedia BCG

 

"La préparation de vaccins contre les maladies virales passe obligatoirement par des cellules de cultures animales ou humaines. il n'est pas exclu qu'un sérum puisse être contaminé par un virus qu'on a pas spécifiquement recherché..."

Science et vie, octobre 1996. ...

 

"Ainsi des vaccins ont pu transmettre la maladie de la vache folle suite à la découverte par des chercheurs britanniques que la contamination pourrait bien se faire par le biais des produits sanguins entrant dans la composition des vaccins.."

Le Parisien, 25 février 1998

 

"Le BCG bovin (celui qu'on administre aux vaches) a été interdit en 1955 après 20 ans d'utilisation, en raison d'une tuberculinisation rendant la viande impropre à la consommation. Il reste cependant obligatoire en France pour les hommes. Aurait-on moins d'égard envers nos enfants qu'envers nos vaches? " ...

Vaccination, l'Overdose, Sylvie Simon, 1997.

 

Dans Le Quotidien du médecin du 9 septembre 1992, le Dr Didier Grandgeorge, pédiatre à Fréjus, signait un article intitulé “BCG et sida” : “A chaque vaccin, on essaime, dans la population, 240 000 bacilles de tuberculose bovine"

 

 

LA TUBERCULOSE

 

D'après une étude menée par des chercheurs de l'Institut Pasteur, des bacilles de tuberculose existaient déjà il y a 3 millions d'années. Le Figaro du 26 août 2005 précisait: " L'étude concernait des souches d'Afrique de l'Est, qui sont très rares. Les chercheurs ont ainsi remonté l'arbre généalogique de la tuberculose et déterminé l'ancêtre présumé qui serait la souche africaine isolée en 1997. Cette souche originaire de l'Afrique de l'Est, région que l'on considère souvent comme le berceau de l'humanité..."

 

La tuberculose, provoquée par le bacille de Koch, affecte 1 personne sur 3 dans les pays industrialisés, comme la France, mais passe inaperçue dans 90 à 95% des cas (...) Cependant, chez certains sujets, le bacille reste présent dans l'organisme à l'état latent, et peut, chez 5 à 10% des personnes infectées, dégénérer en tuberculose active.

Autrefois mortelle, cette affection est aujourd'hui facilement guérie et touche particulièrement les groupes à risque: toxicomanes, alcooliques, immunodéprimés, malnutris et séropositifs. Cf Ce qu'on nous cache sur les vaccins, Sylvie Simon, 2006.

 

La tuberculose est une maladie contagieuse mais elle n'est PAS IMMUNISANTE. On peut l'attraper plusieurs fois dans sa vie, puisqu'une fois guéri, nous ne sommes jamais immunisé contre une nouvelle atteinte. Aussi, comment un vaccin pourrait-il mieux protéger contre la maladie??

 

"La tuberculose est l'une des maladies les plus liées au manque d'hygiène, et croire s'en protéger par un vaccin plutôt que pas des changements de conditions de vie a été une funeste illusion battue en brèche par toutes les études des 20 dernières années"

Dr Christian Tal Scheller, Vaccins, un génocide Planétaire?, 2009

 

 

LE BCG EN QUESTION

 

La Presse médicale du 1er mars 1997 (tome 26 - n° 6) constatait à son tour : “Les effets secondaires du BCG sont nets, parfois gênants et même graves. Ils sont proportionnels à la dose administrée, variables d’une souche à une autre.”

 

Le BCG modifie en profondeur le terrain, favorisant ou aggravant les allergies et les problèmes ORL et respiratoires (asthme, bronchites chroniques). Parmi les effets indésirables signalés par la presse médicale internationale, on constate des adénopathies locales et des ulcérations susceptibles d'évoluer vers un abcès sous-cutané, capable de laisser des cicatrices. On a aussi observé des érythèmes noueux, lupus et ostéomyélites, mais la complication majeure reste la bécégite ou adénite tuberculeuse, qui peut être grave et qui nécessite un traitement par antibiotiques (ce qui pose un problème vital dans les pays pauvres). Cf. Ce qu'on nous cache sur les vaccins, S. Simon, 2006

Dès le début des années 1950, alors que le BCG venait d'être rendu obligatoire en France, la sonnette d'alarme était tirée. Un chirurgien algérien, qui venait de s'occuper d'une série d'accidents consécutifs au BCG et avaient été conduit à rechercher ce qu'étaient devenus les enfants vaccinés à la naissance par le BCG buccal et passés dans son service pour des raisons diverses, rapportait 93 observations de manifestations tuberculeuses (dont 15 décès) sur 349 enfants. L'Algérie médicale t. 55, 1951

"Les complications vaccinales du BCG ne sont pas exceptionnelles. Parmi celles-ci, lesostéites tiennent une place particulière."... Ces ostéites osseuses présentent des localisations multiples mais sont plus fréquentes aux genoux et peuvent se déclarer 6 à 33 mois après la vaccination. Aucune n'a révélé de déficit immunitaire.

Ostéite à BCG, Berger J. P., t. 36, 1979.

Leur fréquence varie énormément d'un pays à l'autre. C'est plus dans les pays scandinaves qu'elle est la plus élevée: pour la période 1948-1974, elle a été de 1 ostéite pour 21 800 vaccinations en Finlande, 1 pour 28 270 en Suède contre 1 pour 2 700 000 en France! Lotte A. BCG Complications (...), t. 21, 1984

Mais il faut préciser qu'en France "Il n'existe pas de système de surveillance régulier des incidents" "Tuberculose: traitement et prévention", BEH n° spécial janvier 1997.

Il n'y a aucun suivi des personnes vaccinées. Ce qui est toujours le cas aujourd'hui..

En revanche en Suède, la déclaration des effets secondaires du BCG est obligatoire depuis 1972. Ce qui eut pour résultat immédiat une multiplication par 5 du taux d'ostéites entre 1971 et 1972, pour atteindre le rapport de 1 ostéite pour 3 500 vaccinations. Ce qui a conduit à l'arrêt des vaccinations systématiques dans ce pays (...)

Le Guide des vaccinations de 1995 précise également que le taux d’adénite peut monter jusqu’à 43 pour 1 000 selon l’âge et le vaccin utilisé. Dans 1 cas sur 10, les bécégitesprennent une forme fistulée avec suppuration, et le Pr Grosset, responsable du Centre national de la surveillance de la tuberculose, précisait que ses “conséquences sont presque aussi désagréables qu’une tuberculose.” (Cf. La Tribune médicale, 20 février 1982.)

 

 

ET LA MÉNINGITE?

 

L'un des arguments avancés pour le maintien de cette vaccination en France est que le vaccin BCG protégerait efficacement contre la méningite tuberculeuse. Or, non seulement il n'en est rien, mais de plus le BCG peut lui-même provoquer cette méningite.

 

Dès 1973, le Dr F. Freerksen, directeur de l’Institut allemand de biologie expérimentale, spécifiait qu’il fallait abandonner ce dogme : “On assiste en Europe à une régression de la tuberculose depuis environ cent ans, donc depuis bien avant l’introduction du BCG [...] Le dogme de l’absence de méningite tuberculeuse chez les vaccinés doit être abandonné (entre 1964 et 1968, à Vienne, sur 4 méningites tuberculeuses, 2 se sont produites chez des sujets vaccinés).” (Cf. Le Concours médical, 20 avril 1974, (t. 96 [16], p. 2 529-2 530).

 

L’année même, la République fédérale allemande supprimait ce vaccin. Le Pr Costil, de l’hôpital Trousseau à Paris, a pu, pour sa part, observer 8 cas de méningite tuberculeuse, survenus entre 1978 et 1988, chez des enfants vaccinés avec le BCG (cf. Profil du 13 juillet 1989). Également; "Survenue d'une méningite tuberculeuse 2 mois après une vaccination par le BCG" chez des sujets ne présentant aucun déficit immunitaire. Cf Archives françaises de pédiatrie, t. 12, p 606-611, 1955.

 

Or, en France, environ 300 enfants naissent chaque avec un déficit d'immunité. Ils se trouvent donc exposés à ce type d'accident, surtout lorsque le BCG est inoculé avant la sortie de la maternité. Ainsi, le vaccin s'apparente à une véritable roulette russe. (Cf. Veslot, J. & al. : "Bécégite mortelle, agammaglobuline, alymphoplasmose et hypoplasie thymique. À propos d'une observation"

 Archives françaises de pédiatrie, t.23, p 1 113- 1 134 ; 1966).

 

Plus dramatique encore est l'éventualité d'une bécégite mortelle par contagion. Le cas a déjà été publié d'une adénite qui s'est développée chez une enfant de 4 mois, vaccinée, dont la santé s'est aggravée, jusqu'à son décès à l'âge de 4 ans. Entre temps, sa soeur, non vaccinée (et pour cause), a contracté la même bécégite et en est morte à l'âge de 3 ans (cf. Sicevic, S. :"Generalized BCG tuberculosis with fatal course in two sisters"

in Acta Paedriatrica Scandinavica, t. 61, p. 178-184 ; 1972).

 

"... 7 594 cas de tuberculose déclarés en France en 1996. Parmi les 293 enfants de moins de 15 ans atteints de tuberculose dont le statut vaccinal est connu 70% ont été vaccinés par le BCG.. 108 méningites tuberculeuses ont été déclarées dont 5 chez des enfants de moins de 15 ans. Parmi les 2 enfants de moins de 15 ans présentant une forme méningée, un seul était vacciné. Les 3 enfants âgés de 6 à 15 ans étaient vaccinés..."

BEH N° spécial février 1997

 

 

Quand aux TESTS TUBERCULINIQUES, ils ne sont pas non plus inoffensifs. Calmette reconnaît lui-même que "les réactions tuberculiniques ne peuvent fournir aucune précision sur l'existence ou non de lésions bacillaires dans l'organismes des sujets qui ont reçu le BCG, soit per os (par la bouche, procédé oral), soit par inoculation. Il n'est par conséquent nullement utile, ni même indiqué d'y avoir recours, parce que ces réactions, surtout si elles sont répétées à bref intervalle, ne sont pas inoffensives. En effet, ont été observés plusieurs cas d'hémoptysies ou de poussées évolutives de tuberculose, consécutives à des cuti-réactions." Cela peut s'expliquer par le fait que la tuberculine utilisée est un produit toxique qui peut réactiver des lésions éteintes ou sensibiliser au bacille de Koch.

Sources, liens et livres à consulter:

La faillite du BCG de Marcel Ferru, 1977, est toujours, 25 ans après sa parution, d'une brûlante actualité. Au début de sa carrière, le professeur Ferru était très enthousiaste du BCG, mais il s'aperçu bientôt que les résultats de ce vaccin étaient décevants. Pour des raisons bassement commerciales, l'Institut Pasteur refusa de considérer les travaux qui montraient l'échec de ce vaccin, et il fut imposé à des générations entières de français, alors que tous les autres pays y renonçaient les uns après les autres. Le professeur Ferru conclut son livre par ce souhait: "Il serait indispensable que la section "recherche" de l'Institut Pasteur soit rendue indépendante de la section "commerciale"

http://fr.wikipedia.org/wiki/Vaccin_bili%C3%A9_de_Calmette_et_Gu%C3%A9rin#Innocuit.C3.A9

Vaccinations, les vérités indésirables de Michel Georget, 2011

Ce qu'on nous cache sur les vaccins, Sylvie Simon, 2006

Vaccins, on nous aurait menti? l'avis d'un avocat, J.P. Joseph, 2013

L'intoxication Vaccinale, Fernand Delarue, 1977

 

*Le rapport de l'OMS à propos de l'échec du vaccin BCG dans le sud de l'Inde; http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2395884/?page=7

 

http://www.votre-sante.com

 

http://www.sylviesimonrevelations.com/http://www.initiativecitoyenne.be/article-l-inefficacite-du-vaccin-bcg-connue-depuis-1961-mais-on-continue-de-l-administrer-

110974646.

 

http://www.initiativecitoyenne.be/article-tuberculose-la-preuve-que-l-obligation-vaccinale-bcg-etait-inutile-et-inefficace-106844729.html

  

En 1997, l'OMS déclare même que l'échec de la lutte mondiale contre la tuberculose vient aussi, en partie d'une "confiance exagérée dans le BCG".

 

L'ECHEC DE LA VACCINATION CONTRE LA TUBERCULOSE EN IMAGES:

A voir : ici   

 

 

BCG, L'imposture vaccinale,

 

conférence basée sur le livre de Michel Ferru du même nom, médecin qui au départ, croyait en cette vaccination, même que 3 membres de sa famille ont été vaccinés, malgré le discours officiel qui se contredisait déjà, malgré les morts de Lubeck en Allemagne.. malgré les mensonges de Calmette..

 

 PREMIERE PARTIE & DEUXIEME PARTIE

 

 

Un témoignage, une lettre d'un médecin en 1938.

 

 




LE VACCIN DTP & LA LOI


 

Seuls 3 vaccins sont obligatoires en France :


 

Diphtérie, Tétanos et Poliomyélite (DTP) sauf dans certaines professions (médicale et militaire), ce qui est hautement discriminatoire et contestable.

   

CE QUE DIT LA LOI: 

La loi d’obligation pour le DTP exige uniquement la primo-vaccination qui comporte 3 injections (la première commencée avant 18 mois) + 1 rappel  (cité dans le décret et l’arrêté du 28 février 1952).

  

Les certicats de contre-indications à la vaccination sont valables légalement.

LA POLIO:  

La loi d’obligation date du 1er juillet 1964 et son décret d’application du 19 mars 1965. Celui-ci précise que la vaccination est obligatoire avant 18 mois et que:

 

"Les rappels doivent être terminés avant l’âge

de 13 ans"

 

Mais l’arrêté du même jour (articles 3 et 5) clarifie les choses : « Un sujet n’est réputé avoir satisfait à l’obligation que s’il a reçu la première vaccination et le premier rappel réglementaire». 


CONSULTEZ NOS DOSSIERS ICI

 

 


LES RAPPELS:

  •  Sont "exigibles" jusqu'à l'âge des 13 ans de l'enfant, passé cet âge , c'est TERMINÉ, plus personne ne peut exiger quoi que ce soit en France. 
  • Si les 4 injections (3 + 1) ont été faites, aucun autre vaccin n'est exigible.

              ECRIVEZ NOUS :  COURRIEL

                  SUIVEZ-NOUS SUR  FACEBOOK



PARTAGEZ