LES MALADIES


La diphtérie

 

La diphtérie est une maladie bactérienne; le bacille qui en est responsable reste localisé au niveau de la gorge, mais agit sur l’organisme par la toxine qu’il sécrète. Le vaccin a été mis au point par Ramon en 1923 en appliquant la logique du raisonnement pastorien, c’est-à-dire obtenir une toxine atténuée (anatoxine) pour "apprendre" au système immunitaire à résister à la toxine diphtérique.

La confiance accordée à ce principe est déjà tellement ancrée dans les esprits qu’AUCUNE ÉTUDE D’EFFICACITÉ N’A ÉTÉ RÉALISÉE avant l’application de plus en plus large de la vaccination à partir des années 1930.

 

C’est l'OMS qui nous le révèle:

 

« Bien que l’immunisation par l’anatoxine diphtérique se soit progressivement généralisée dans le monde entier au cours des trente dernières années et qu’elle soit aujourd’hui (en 1962) universellement pratiquée pour prévenir la diphtérie, IL EST IMPOSSIBLE DE TROUVER TRACE D’UN ESSAI PRATIQUE STRICTEMENT CONTRÔLÉ DE CE PRODUIT. » p61-62

 

« Indépendamment des malades eux-même, les porteurs du bacille, même s’ils sont personnellement immuns, jouent le rôle de source d’infection » p8

 

« Comme toutes les autres vaccinations, la vaccination antidiphtérique n’a jamais été efficace à 100%. Des cas se déclarent chez des sujets vaccinés et certains cliniciens ont récemment affirmé que l’anatoxine diphtérique est un antigène relativement peu actif (Batson & Christie, 1958) » p64-65

le dossier de l'OMS 

"Normalement, les vaccins préparés à base d’anatoxines tels que ceux de la diphtérie ou le tétanos ne devraient pas pouvoir déclencher une diphtérie ou un tétanos. Cependant, on a constaté de tels faits au moment des épidémies de diphtérie chez des sujets récemment vaccinés. On a naturellement attribué ces cas au fait que le malade était en période d’incubation de la maladie et que le vaccin avait été administré trop tard pour le protéger.

Ce raisonnement est satisfaisant pour l’esprit mais les toxines microbiennes, même atténuées, sont peut-être moins innocentes qu’on veut bien le dire et le croire; les travaux de Bochian (U.R.S.S.), qui obtient le corps microbien d’origine à partir de la seule toxine, montrent que nous ne connaissons pas encore tout sur la vie des microbes. Ces travaux permettent de ne pas se contenter de considérer comme des coïncidences malheureuses les diphtéries après vaccination ou les réactivations de tuberculose après les tests à la tuberculine."

La rançon des vaccinations, F. et S. Delarue

 

« Cependant, dans certaines conditions encore mal définies, le mécanisme de conversion de la toxine en anatoxine est réversible. Ainsi, en 1948, un groupe pharmaceutique japonais a commercialisé une anatoxine diphtérique qui est retournée à l’état de toxine, entraînant alors la mort de nombreux enfants au cours de la vaccination antidiphtérique (Kurokawa & Murata 1961)" 

Document OMS page 9 

"LE DEGRÉ DE PROTECTION CONFÉRÉ PAR LA VACCINATION AVEC L'ANTITOXINE N'EST SOUVENT GUÈRE SATISFAISANT. 7 À 10 % DES CAS DE DIPHTÉRIE AUX ÉTATS-UNIS SE DÉCLARENT CHEZ DES SUJETS COMPLÈTEMENT IMMUNISÉS" selon leur dossier.

 

Deuxièmement, ce rapport indique aussi que, comme il a été clairement montré par Frost en 1928, l'immunité antidiphtérique est fréquente au cours de la première enfance à la suite d'infections cutanées impliquant C.Diphtheria (diphtérie cutanée) et dont les signes cliniques sont très ténus sinon absents. « Il n'est donc pas possible de savoir dans quelles proportions l'immunité est acquise par voie de vaccination ou autrement ».   ICI

 

 

Une autre info pertinente:  Article d'Initiative Citoyenne

 

 

Sabrina Casses

 

 

LOIS D'OBLIGATION VACCINALE

Depuis janvier 2018, selon la date de naissance, les enfants sont soumis à des vaccinations différentes. Sauf contre-indication médicale, les vaccinations sont réclamées pour l'entrée en collectivités (crèches, assistantes maternelles, école...). Les sanctions spécifiques prévues pour la non-vaccination ont été supprimées et les parents ont un délai de 3 mois après l'admission pour régulariser la situation. Ainsi, on peut légalement repousser tous les vaccins jusqu'à l'entrée en collectivités.






Enfants nés avant 2018

Ils sont soumis au seul DTP (Diphtérie, Tétanos, Poliomyélite). Mais ce vaccin trivalent seul n'existe plus sur le marché pour les enfants de moins de 6 ans. Les parents restent bloqués face à une obligation qu'ils ne peuvent pas satisfaire malgré l'injonction du Conseil d'Etat de fournir ce vaccin. Les nouvelles lois n'ont donc pas réglé le problème que vit la France depuis de nombreuses années.

Enfants nés à partir de 2018

 Ils sont soumis aux vaccins suivants : Diphtérie, Tétanos, Poliomyélite, Coqueluche, Haemophilus influenza de type B, Hépatite B, Pneumocoque, Méningocoque C, Rougeole, Oreillons et Rubéole, à faire selon le calendrier vaccinal. Mais les délais accordés pour l'admission en collectivité permettent de ne pas le suivre rigoureusement.



Les lois étant complexes et assez floues, l'interprétation est plutôt ardue. Vous trouverez plus de renseignements ICI.

                                                                                         ECRIVEZ NOUS :  COURRIEL                                                                                

 



VOUS POUVEZ NOUS SUIVRE également sur  Facebook:  La page ou  Le groupe


PARTAGEZ