les vaccins contre les papillomavirus humains


Les virus des papillomavirus humains, au nombre de 200 souches différentes, sont très fréquents. On suspecte certaines souches d'être cancérigènes (col de l'utérus, cancer anal, etc.) et des vaccins ont été élaborés, autorisés et vendus sans aucune preuve d'efficacité.

Actuellement, les autorités cherchent à le rendre obligatoire pour les filles mais aussi les garçons.

L'expérimentation de cette vaccination va commencer dès octobre 2019 dans des collèges pour la Guyane et le Grand Est.


Le site des Dr Delépine, cancérologues, mettant en garde contre cette vaccination   Lien


Gardasil, la catastrophe approche, article du site de l'AIMSIB  Lien


Données 2018 de la pharmacovigilance pour différents médicaments, dont le Gardasil et le Cervarix Lien 


Documentaire sur les vierges sacrifiées de la vaccination HPV (en anglais)


 

LOIS D'OBLIGATION VACCINALE

Depuis janvier 2018, selon la date de naissance, les enfants sont soumis à des vaccinations différentes. Sauf contre-indication médicale, les vaccinations sont réclamées pour l'entrée en collectivités (crèches, assistantes maternelles, école...). Les sanctions spécifiques prévues pour la non-vaccination ont été supprimées et les parents ont un délai de 3 mois après l'admission pour régulariser la situation. Ainsi, on peut légalement repousser tous les vaccins jusqu'à l'entrée en collectivités.






Enfants nés avant 2018

Ils sont soumis au seul DTP (Diphtérie, Tétanos, Poliomyélite). Mais ce vaccin trivalent seul n'existe plus sur le marché pour les enfants de moins de 6 ans. Les parents restent bloqués face à une obligation qu'ils ne peuvent pas satisfaire malgré l'injonction du Conseil d'Etat de fournir ce vaccin. Les nouvelles lois n'ont donc pas réglé le problème que vit la France depuis de nombreuses années.

Enfants nés à partir de 2018

 Ils sont soumis aux vaccins suivants : Diphtérie, Tétanos, Poliomyélite, Coqueluche, Haemophilus influenza de type B, Hépatite B, Pneumocoque, Méningocoque C, Rougeole, Oreillons et Rubéole, à faire selon le calendrier vaccinal. Mais les délais accordés pour l'admission en collectivité permettent de ne pas le suivre rigoureusement.



Les lois étant complexes et assez floues, l'interprétation est plutôt ardue. Vous trouverez plus de renseignements ICI.

                                                                                         ECRIVEZ-NOUS :  COURRIEL                                                                                

 



VOUS POUVEZ NOUS SUIVRE également sur  Facebook :  La page ou  Le groupe


PARTAGEZ