LETTRE DES PARENTS QUI NE VEULENT PAS VACCINER LEURS ENFANTS


 

Pour les parents qui ne souhaitent pas faire vacciner leurs enfants.Il faut profiter d’une aubaine : La disparition du DTP depuis juin 2008.

Il convient donc de noter sur le carnet de vaccination la mention :

« En attente du DTP actuellement absent du marché ».

 

Et joindre la lettre suivante :

 

Madame, Monsieur

Le vaccin DTPolio® a été retiré du marché le 12 juin 2008. Les autres vaccins comportent des valences non obligatoires (coqueluche, ou /et haemophilus influenza b ou/et hépatite B  et ne correspondent pas au caractère légal de l’obligation. De plus cette situation supprime la possibilité d’utiliser l’article L3111-9 du code de la santé publique en cas d’effets indésirables.

D’autre part le vaccin DT VAX® (diphtérie-tétanos) offert (car il n’est plus commercialisé en France depuis février 1999) par le fabricant, contient du thiomersal (mercure) en contradiction avec la recommandation de l’EMEA et de l’AFSSAPS demandant la suppression du mercure dans les vaccins pédiatriques en juillet 1999.

Par ailleurs le vaccin Revaxis® n’a pas d’AMM pour les enfants de moins de six ans et, pour les plus de six ans, ne peut s’utiliser qu’en rappel, après la primo-vaccination, ce qui n’est pas le cas de mon fils/fille. 

L’obligation de vaccination contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite est donc suspendue pendant la période d’indisponibilité du vaccin DTPolio®

Compte tenu cette situation, en conformité avec l’article R3111-17 du CSP, je soussigné déclare surseoir à la vaccination de par le DTP en attendant le retour de ce dernier dans les pharmacies.

Fait à………………………………, le……………………………….

Signature

 

LOIS D'OBLIGATION VACCINALE

Depuis janvier 2018, selon la date de naissance, les enfants sont soumis à des vaccinations différentes. Sauf contre-indication médicale, les vaccinations sont réclamées pour l'entrée en collectivités (crèches, assistantes maternelles, école...). Les sanctions spécifiques prévues pour la non-vaccination ont été supprimées et les parents ont un délai de 3 mois après l'admission pour régulariser la situation. Ainsi, on peut légalement repousser tous les vaccins jusqu'à l'entrée en collectivités.






Enfants nés avant 2018

Ils sont soumis au seul DTP (Diphtérie, Tétanos, Poliomyélite). Mais ce vaccin trivalent seul n'existe plus sur le marché pour les enfants de moins de 6 ans. Les parents restent bloqués face à une obligation qu'ils ne peuvent pas satisfaire malgré l'injonction du Conseil d'Etat de fournir ce vaccin. Les nouvelles lois n'ont donc pas réglé le problème que vit la France depuis de nombreuses années.

Enfants nés à partir de 2018

 Ils sont soumis aux vaccins suivants : Diphtérie, Tétanos, Poliomyélite, Coqueluche, Haemophilus influenza de type B, Hépatite B, Pneumocoque, Méningocoque C, Rougeole, Oreillons et Rubéole, à faire selon le calendrier vaccinal. Mais les délais accordés pour l'admission en collectivité permettent de ne pas le suivre rigoureusement.



Les lois étant complexes et assez floues, l'interprétation est plutôt ardue. Vous trouverez plus de renseignements ICI.

                                                                                         ECRIVEZ NOUS :  COURRIEL                                                                                

 



VOUS POUVEZ NOUS SUIVRE également sur  Facebook:  La page ou  Le groupe


PARTAGEZ