PAR VIDEO

LOLITA

 

                                                                                                                                                                         JEUDI 19 NOVEMBRE 2015

 

Aujourd’hui, ce 18 novembre, Lolita 3 ans, nous a quittés. Tout avait si bien commencé...

 

Lolita est née le 08/07/2012. C’est une petite fille en parfaite santé, tout ce qu’il y a de plus normal et de plus beau dans une vie.

A deux mois, Lolita reçoit ses premiers vaccins: Infanrix Hexa et Prevenar.

15 jours après, Lolita a fait une réaction grave qui l’aurait certainement emportée plus tôt si sa mère n’était pas intervenue. Cependant, ses yeux ne voient plus et une mauvaise conjonctivite invite les parents à rencontrer des spécialistes.

Entre temps, rendez-vous avec le médecin traitant pour le rappel. On raconte alors au médecin ce qui s’est passé:  "Pas de quoi s’inquiéter.." Même s’il remarque lui aussi que la poursuite oculaire n’est plus bonne, il suggère que " peut-être Lolita a fait une absence épileptique "  et - dans le doute ?? - vaccinera de nouveau l’enfant, malgré l'inquiétude des parents (et malgré les mises en garde des notices).

L’état de Lolita va en empirant. Elle était normale avant. Désormais, elle passe beaucoup de temps à dormir, éprouve des difficultés à boire son biberon, éprouve tant de difficultés à faire ses selles qu’elle ne peut plus les réaliser sans assistance, elle est hypertonique des membres supérieurs et hypotonique du tronc (ce qui suggère des lésions cérébrales et nerveuses) et pour couronner le tout, elle est désormais aveugle avec 0,03/10 aux yeux.. Elle est suffisamment handicapée pour que son père cesse de travailler afin de s’occuper d’elle. Mais pas assez handicapée aux yeux de l’état pour obtenir des aides.

Bien sûr, on leur a conseillé de poursuivre la vaccination.

  JOURNAL DE FRANCE 3 

La vaccination, ce n'est pas un drame, ce sont d’innombrables drames. Des enfants gravement abîmés par un vaccin devront, jour après jour, leur vie durant, en supporter les conséquences."


Karl Zéro interview Mickael Lecomte à écouter ici

LA MAMAN DE LOLITA, la petite fille est décédée en novembre 2015 

LA MAMAN D'OWEN

LE PAPA DE NELLO

LA MAMAN DE LUCILLE 

La maman de NAOMIE

 

LOIS D'OBLIGATION VACCINALE

Depuis janvier 2018, selon la date de naissance, les enfants sont soumis à des vaccinations différentes. Sauf contre-indication médicale, les vaccinations sont réclamées pour l'entrée en collectivités (crèches, assistantes maternelles, école...). Les sanctions spécifiques prévues pour la non-vaccination ont été supprimées et les parents ont un délai de 3 mois après l'admission pour régulariser la situation. Ainsi, on peut légalement repousser tous les vaccins jusqu'à l'entrée en collectivités.






Enfants nés avant 2018

Ils sont soumis au seul DTP (Diphtérie, Tétanos, Poliomyélite). Mais ce vaccin trivalent seul n'existe plus sur le marché pour les enfants de moins de 6 ans. Les parents restent bloqués face à une obligation qu'ils ne peuvent pas satisfaire malgré l'injonction du Conseil d'Etat de fournir ce vaccin. Les nouvelles lois n'ont donc pas réglé le problème que vit la France depuis de nombreuses années.

Enfants nés à partir de 2018

 Ils sont soumis aux vaccins suivants : Diphtérie, Tétanos, Poliomyélite, Coqueluche, Haemophilus influenza de type B, Hépatite B, Pneumocoque, Méningocoque C, Rougeole, Oreillons et Rubéole, à faire selon le calendrier vaccinal. Mais les délais accordés pour l'admission en collectivité permettent de ne pas le suivre rigoureusement.



Les lois étant complexes et assez floues, l'interprétation est plutôt ardue. Vous trouverez plus de renseignements ICI.

                                                                                         ECRIVEZ NOUS :  COURRIEL                                                                                

 



VOUS POUVEZ NOUS SUIVRE également sur  Facebook:  La page ou  Le groupe


PARTAGEZ