Nos soutiens en justice


Fin 2015

Soutien au Docteur Philippe BRY, Tours

 

L'association a organisé un rassemblement de soutien au Dr Philippe Bry qui a été accusé d'avoir fait de faux certificats de vaccination, suite au tétanos développé par son jeune patient. Le Dr Bry n'a pas souhaité continuer à collaborer avec nous.

 

Communiqué de presse : IVF, le 10/12/2015

Article de presse : La Nouvelle République, 26/12/2015

Article de presse: France Bleu, le 15/12/2015

Article de presse: Larep.fr, le 17/12/2015

 


Octobre & novembre 2015 

Soutien d'Info Vaccins France pour la famille Lecomte, Strasbourg.

 

L'association a fourni les mêmes efforts pour la famille Lecomte à Strasbourg où les parents ont obtenu la relaxe. Pour cette affaire, une lettre ouverte a été envoyée au Président de la République et à l'AFP. 

 

Info Vaccins France fut citée dans les médias et Sophie Guillot accorda des interviews, à Jean-Jacques Bourdin de RMC en particulier. L'article dans le Parisien lire


17 septembre 2015

Soutien d'Info Vaccins France pour la famille Larère, Auxerre.

 

L'aide de l'association a été requise par la famille Larère, accusée de maltraitance pour défaut de vaccination, pour médiatiser leur affaire et appeler à un soutien, via les réseaux sociaux. La coordination entre Info Vaccin France, Info Vaccin Prévenar et la Ligue Nationale Pour La Liberté Vaccinale (LNPLV) a permis de mettre en place une pétition en ligne (qui a recueilli plus de 3000 signatures) ainsi qu'un rassemblement de soutien au tribunal d'Auxerre (qui a regroupé une quarantaine de personnes, principalement les dirigeants de différentes associations militant aussi pour la liberté vaccinale).

 

 

LOIS D'OBLIGATION VACCINALE

Depuis janvier 2018, selon la date de naissance, les enfants sont soumis à des vaccinations différentes. Sauf contre-indication médicale, les vaccinations sont réclamées pour l'entrée en collectivités (crèches, assistantes maternelles, école...). Les sanctions spécifiques prévues pour la non-vaccination ont été supprimées et les parents ont un délai de 3 mois après l'admission pour régulariser la situation. Ainsi, on peut légalement repousser tous les vaccins jusqu'à l'entrée en collectivités.






Enfants nés avant 2018

Ils sont soumis au seul DTP (Diphtérie, Tétanos, Poliomyélite). Mais ce vaccin trivalent seul n'existe plus sur le marché pour les enfants de moins de 6 ans. Les parents restent bloqués face à une obligation qu'ils ne peuvent pas satisfaire malgré l'injonction du Conseil d'Etat de fournir ce vaccin. Les nouvelles lois n'ont donc pas réglé le problème que vit la France depuis de nombreuses années.

Enfants nés à partir de 2018

 Ils sont soumis aux vaccins suivants : Diphtérie, Tétanos, Poliomyélite, Coqueluche, Haemophilus influenza de type B, Hépatite B, Pneumocoque, Méningocoque C, Rougeole, Oreillons et Rubéole, à faire selon le calendrier vaccinal. Mais les délais accordés pour l'admission en collectivité permettent de ne pas le suivre rigoureusement.



Les lois étant complexes et assez floues, l'interprétation est plutôt ardue. Vous trouverez plus de renseignements ICI.

                                                                                         ECRIVEZ-NOUS :  COURRIEL                                                                                

 



VOUS POUVEZ NOUS SUIVRE également sur  Facebook :  La page ou  Le groupe


PARTAGEZ